Compte rendu rencontre i3A visio 24 mars 2020  – invités : notre partenaire Conseil régional Grand Est

Présents :

  • Pascale Gaillot, Vice-Présidente du Conseil régional en charge de l’Agriculture/Viticulture
  • Isabelle Héliot-Couronne, Présidente de la commission développement économique
  • Entreprises i3A

Constat

  • Les achats se font en GMS et moins sur les commerces de proximité
  • Les GMS concentrent leurs ventes sur les produits de première nécessité (pâtes, riz, œufs…). Elle restreint ses gammes.
  • Les ventes en restauration commerciale et collective sont stoppées
  • Les producteurs de produits régionaux voient leurs ventes baisser fortement
  • Les producteurs de produits de première nécessité (œufs, pommes de terre) continuent sur le même rythme voir augmentent leurs ventes

Questions

  • Comment redynamiser les produits régionaux et les productions agricoles locales ?
  • Mettre en place des promotions sur les produits locaux ?
  • Les problématiques de chômage partiel et de trésorerie ont également été évoqués.

Solutions

  • Pour les entreprises qui ont une insuffisance de main d’œuvre, un partenariat avec Y SChools sera recherché dès la fin de la réunion.
  • Sensibiliser les consommateurs et les GMS sur la nécessité de consommer régional devient essentiel.

Compte-rendu rencontre visio i3A 27 mars.

Trésorerie des entreprises alimentaires : quelles solutions en crise COVID 2019 ?

Intervenant

  • Sébastien ROS, Directeur agence entreprises, Crédit Agricole de Champagne Bourgogne Centres d’affaire entreprises Troyes Chaumont CREDIT AGRICOLEsebastien.ros@ca-cb.fr
  • Laurent Weiss, Directeur de bureau – Expert-comptable – Commissaire aux comptes, SADEC AKELYS Troyes :  laurent.weiss@sadec-akelys.fr

Présents : 11 personnes

Le Crédit agricole insiste sur le fait que chaque cas doit être étudié en détail pour apporter une réponse adaptée (entreprise en activité ? chômage partiel ? la demande d’échéance urssaf a-t-elle été faîte ?)

Le prêt Le Maire ou Prêt Garantit par l’Etat concerne des montants jusque 25 % du montant total , et n’a pas de coût en terme d’intérêt.

L’entreprise doit bien sûr étudier le dossier avec son banquier avant de s’adresser à BPI.

Il est conseillé de soigner la présentation du dossier de chômage partiel, en indiquant tous les éléments qui contraignent l’entreprise à rentrer en chômage partiel (annulation des commandes, fournisseurs fermés…)